L’AMOUR N’EST PAS MORT: ON PEUT CROIRE AU DESTIN #11

walking-light-black-and-white-white-bridge-night-512830-pxhere.com

Salut les petits gars,

Et nous voilà donc pour le dernier jour de cette si belle semaine de l’amour n’est pas mort ! Hier je vous montrais des histoires qui durent depuis des années (juste ici), et aujourd’hui ce sont des rencontres où, à mon sens, le destin à beaucoup joué : ces personnes étaient faites pour vivre une histoire ensemble.

Psst, si tu ne connais pas le projet, l’idée est toute simple: des gens ont acceptés de partager leurs histoires d’amour dans le but de redonner de l’espoir à ceux qui n’y croient plus, et inonder d’amour ceux qui en ont envie/besoin.

Voici 9 histoires, qui peuvent vous faire croire au destin

___

« Alors mon chéri et moi on a 21 ans, ça fait 3 ans qu’on est ensemble et on se connaît depuis la maternelle. On s’est perdu de vue en primaire, on s’est retrouvé au collège où on a été meilleurs amis pendant environ 3 ans. Puis reperdu de vue pendant 2 ans car il est parti à l’étranger. Quand il est revenu on s’est revu, redevenu meilleurs amis, on était tout le temps ensemble et un jour il m’a embrassé… Depuis on ne s’est plus quitté et on rigole comme au premier jour »  – Amandine / elle et lui 21 ans

« Il y a 3 ans, j’ai assisté à une expo photo. Le photographe en question m’a vendu un de ses tirages qui reflétait une période révolue de sa vie : de longs mois en fauteuil roulant. J’avais adoré cette photo et sa combativité. Mais il me regardait à peine, et à vrai dire moi non plus. Je suis partie en Chine, et nous ne nous sommes plus vus. Sauf que j’ai fait un rêve peu de temps après l’expo. Un rêve où, à l’issue de plusieurs événements, nous finissions ensemble, comme une évidence. J’ai passé plusieurs mois à l’autre bout du monde, suis revenue en France, l’ai croisé à nouveau par-ci par-là. Mais un soir, je l’ai revu devant un bar. Il passait avec ses amis, il ne m’avait même pas vue. Et j’avais tout oublié de ce rêve, de l’expo… Je me souvenais juste qu’il faisait des photos. En partant, j’ai chargé un de mes amis de lui dire que j’avais travaillé comme modèle et que j’étais prête à poser pour lui. On s’est contactés sur facebook, on a papoté de photos, de choses et d’autres. Et on est partis prendre un apéro. Dans ma tête, mille choses prenaient un sens. Il avait un regard qui me pénétrait. On s’est embrassés et on est partis chez lui. C’est sur sa bécane que je me suis souvenue de mon rêve. Et là, la foudre m’est tombée dessus. Ce moment où on se dit : « Mais, c’est lui ! c’est lui ! ». Rien que de l’écrire, j’ai le coeur qui bat ! J’ai réalisé que toute ma vie durant, chaque pas que j’avais fait m’avait amenée vers lui. Qu’il avait fallu une expo, un tirage acheté, trois ans de silence pour finalement s’aimer. S’aimer comme jamais, s’aimer pour toujours, comme une évidence. » – Anonyme / elle 22 ans et lui 42 ans

« Notre histoire est vraiment banale. Nous nous sommes rencontrés dans notre école de conduite, on a un peu échangé mais je me souviens que nous avons vraiment échangés sur les réseaux sociaux à partir du moment où il a quitté le code pour faire ses heures de conduite. À partir de ce moment-là, on ne se lâchait plus et on a conclu notre amour par un baiser le jour de son anniversaire. Depuis trois ans maintenant, je dois trouver deux cadeaux pour lui au mois de juillet : un pour son anniversaire et un pour notre anniversaire. Je ne me lasserai jamais de lui je crois, on a eu des moments de doute qui arrivent parfois encore mais on a su dépasser ces barrières et surtout on s’aime comme au premier jour. Il est formidable et je suis la plus chanceuse au monde d’avoir un petit mec comme ça, je l’aime plus que tout. » – Maëva / elle 19 ans et lui 23 ans.

« Cette histoire a commencé quand j’ai revu, à la fin de ma première, mon tout premier copain. On a recommencé à parler, on s’est revus de nombreuses fois… Comme un couple, mais nous n’en étions pas un. Il devait partir faire ses études assez loin et la distance aurait été compliquée à gérer, et on ne savait pas vraiment si on voulait recommencer une histoire « sérieuse ». Il est parti en vacances avec sa famille et moi avec un groupe d’ami.e.s. On pensait ne pas se revoir avant plusieurs mois, quand on s’est rendus compte que nous partions… dans la même ville ! On a passé notre semaine à nous rejoindre la nuit sur la plage ou à essayer de trouver des moments pour se voir. Et puis le dernier jour, j’ai reçu un appel de sa famille. Il avait eu un grave accident et était à l’hôpital, dans le coma, paralysé. Sa famille a été adorable, je les ai rejoints dans leur hôtel près de l’hôpital, ils m’ont expliqué les circonstances de l’accident, les risques et les séquelles probables, ils ont essayé de me faire passer pour leur fille pour que je puisse lui rendre une visite mais je n’ai pas pu… Je rejoignais ensuite ma propre famille en vacances, à l’autre bout de la France. Tous les jours, je recevais un appel de son père qui me racontait les nouvelles du jour. Elles étaient encourageantes. A peine trois semaines après l’accident, ce n’est pas la voix de son père mais sa voix que j’ai entendue au téléphone. Notre conversation a duré à peine quelques minutes, durant lesquelles il m’a répété de nombreuses fois « je suis content d’être en vie« . Il m’a aussi dit qu’il s’était inquiété pour moi, c’était tellement ironique alors que c’était lui qui était passé à un rien de la mort ! Petit à petit, il regagnait de la mobilité et nous avons pu discuter par message. Il a été transféré dans un centre de rééducation près de chez lui (et donc de chez moi, nous habitions à quelques kilomètres). En revenant de vacances, je suis allée le voir. C’est à ce moment que nous nous sommes officiellement remis ensemble. Après ma rentrée en terminale, j’allais le voir au moins une fois par semaine un après-midi complet. Il gardait la tête haute mais la situation était très compliquée à gérer pour lui. Je faisais tout mon possible pour lui apporter des moments de joie, c’était devenu mon unique but. Il progressait à une vitesse folle, et presque toutes ses séquelles ont disparu. Et un jour, alors que je devais aller le voir, il m’a envoyé un message me disant de ne pas venir, de ne plus venir le voir parce qu’il n’arrivait pas à gérer le fait de devoir complètement réapprendre à vivre ET s’occuper de sa copine en même temps. Ca m’a déchiré le coeur. J’ai mis de nombreux mois avant de l’accepter. Je m’étais tellement accrochée à lui durant toute cette histoire. Avoir pensé à lui tous les jours en priant on ne sait qui pour qu’il se réveille de son coma sans trop de séquelles, pour qu’il puisse vivre de nouveau une vie normale… La rupture a été très compliquée à gérer, mais il a réagi avec beaucoup de douceur, nous avons continué à parler et à nous voir de temps en temps. Je l’ai notamment rejoint une dernière fois au centre de rééducation, la veille de sa sortie. Je le voyais évoluer, se remuscler, courir de nouveau avec émotion. Il s’est excusé de la manière dont il m’avait quittée un nombre incalculable de fois, en me répétant que j’avais été parfaite. Il a fini par trouver la femme de sa vie, j’ai trouvé, à peu près au même moment; l’homme de ma vie. Et il y a plusieurs mois, au détour d’une conversation, il m’a dit que si la rupture avait été si brutale, ce n’était pas sans raison. Sa guérison nécessitait un traitement particulier qui était très risqué. Il ne voulait pas m’infliger ça au cas où ça tournerait mal, et m’a quittée pour me protéger. Une belle preuve d’amour que j’aurais cependant préféré ne jamais avoir… Aujourd’hui nous avons un peu perdu le contact, mais il garde toujours une place particulière pour moi, parce que ce que nous avons vécu est unique et fort, et a créé des liens tout aussi uniques et forts. » – Anonyme / elle 17 ans et lui 18 ans (à l’époque)

« J’étais en seconde, dans un lycée où je connaissais peu de monde. Je m’étais entourée de 5 filles. Plusieurs fois un garçon que j’appellerai R. leur avait tourné autour sans qu’il ne m’attire particulièrement. Pendant l’hiver, nous avions groupe de langue. Et à la sortie du cours, un garçon (un pote de R.) m’interpelle et me dit : « et tu t’appelles comment ? T as tapé dans l’œil de mon pote (monsieur R. donc) !» Passablement énervée que ce mec qui avait déjà essayé de sortir avec la moitié de mes copines vienne me voir, je me retourne vers lui et lui réponds : « Après mes copines, t’as l’intention de faire tout le groupe ?! » et je suis partie. Durant les semaines qui ont suivi, il passait son temps à me regarder. Et c’est vrai qu’il commençait à me plaire ! Au mois de mars, nos amis communs ont manigancé pour qu’on s’échange nos adresses MSN (c’était en 2007 hein)… nous avons commencé à discuter le 22 mars 2007, la veille de son anniversaire. Nous avons échangé notre premier bisou le 30 mars. Aujourd’hui à 26 ans tous les deux, nous fêtons nos 10 ans et demi de vie commune et nos un an de mariage  Et plus tard, j’ai appris qu’après l’avoir rembarré, il a dit à son pote «un jour je l’épouserai celle-là »  » – Laura / elle et lui 26 ans

« Et bien mon premier amour à moi, à commencé toute petite. En effet j’ai rencontré celui qui restera toujours mon meilleur souvenir à l’âge de trois mois. Lui en avait 6. On habitait le même petit village, étions chez la même nourrice, avons fréquenté la même école primaire, puis le même collège. Mais en fin de 6e j’ai déménagé. On a continué à se voir, puisqu’il s’agissait de mon meilleur ami. Puis la distance a fait qu’on se voyait moins, mais en 3ème, on s’est reparlé par messages. Et comment vous dire que je craquais un petit peu beaucoup. On s’est vu deux jours, très complices mais rien de plus ; je suis rentrée chez moi déçue, il l’était aussi, mais j’espérais que la prochaine fois on s’avouerait tout. Mais il n’y a pas une de prochaine fois. Pendant les vacances d’été, il a rencontré une fille, m’a oublié et est revenu quand elle a rompu. On a bien reparlé, je me suis accrochée, mais lui ne s’est pas battu. Ça fait maintenant deux ans et demi qu’on ne s’est pas vu, deux ans et demi que mon meilleur ami me manque, j’espère qu’on se reverra. Il est aujourd’hui en couple, moi non (mais je suis sûre de moi et de ce que je vaux). Cette histoire ne finie pas très bien, mais ce garçon restera toujours pour moi, un être formidable bien qu’il m’ait fait souffrir et que j’ai mis du temps à m’en remettre.» – Marion / elle et lui 17 ans

« La première rencontre se passa il y a 5 ans de ça déjà. J’étais en 6eme et lors d’un voyage scolaire en Angleterre, je le rencontrais. La semaine dite géniale. Il était mon premier grand amour, celui à qui on pense tout le temps, celui pour qui on rigole pour rien. Mais moi je ne connaissais pas grand chose à ce type d’amour et au bout de 2 mois ce fut fini. Mon année de 5 eme passa, et j’appris qu’il allait être dans ma classe, l’année suivante. Pendant les grandes vacances, je me suis lancée à renouer contact avec lui, en me rendant compte que je ne l’avais pas oublié, on n’oublie pas son premier grand amour. Je me souviens qu’on se parlais tous les jours pendant 2 mois, à nous raconter nos journées. La rentrée fut agitée, et ma meilleure amie avait tout compris. Pendant 1 mois elle et nos amies commun me poussèrent à faire le premier pas, mais je ne savais pas ce qu’il ressentait pour moi. Nos journées étaient faite de rire et de taquineries amicales à ce moment là. Un mardi soir où l’on rentrait ensemble, on ne faisait que rire mais j’avais peur en lui avouant de casser cet instant. Ce qui me décida, c’est qu’après m’avoir laisser faire les dernier mètres seules, il m’envoya un message tout bête « tu es bien rentrée ? » et je me suis décidé à lui envoyer, après une petite conversation, « je t’aime« . Il m’a quand même fait attendre 3 jours avant de me donner sa réponse. Mais un vendredi 10 octobre 2014, il m’a enfin embrassé. Avec lui j’ai découvert plein de chose, et maintenant ça va faire 3 ans que cela dure et je veux que ça dure le plus longtemps possible
Pour moi il est à jamais mon grand amour »Morganeelle et lui 16 ans

« Tout d’abord, cela fait maintenant 8 mois et demi que je suis avec mon chéri. 8 mois c’est quoi ? Ça peut être beaucoup, comme si peu… tout dépend du point de vue. Depuis 8 mois je vis un bonheur monumental, comme je n’en avais jamais connu. La vie a mis sur mon chemin, d’abord en tant qu’ami, puis petit ami, une personne exceptionnelle. On s’est croisés pendant 1 an en soirée, et l’année dernière on s’est rendu compte qu’on habitait à côté et à force de se voir on s’est rapproché. Il s’éloignait de la personne avec qui il était sans que je le sache d’ailleurs, toujours très discret concernant sa vie amoureuse. On était juste amis rien de plus. Plus j’apprenais à le connaître plus il devenait indispensable à mon quotidien. Il était devenu un véritable ami, un confident. Je me suis rendue compte de mon côté que je tenais réellement à lui quand c’était devenu la première personne que j’avais envie de voir lorsque j’avais du temps libre. Réciproquement. Petit à petit, nous sommes venu à nous voir dès que nous le pouvions : On passait des journées, des soirées entières à parler de nos vies. On a beaucoup appris l’un sur l’autre mais on en apprend encore plus maintenant. On ne s’était pas vu depuis quelques jours (vacances de Noël). Révélation : je ne pouvais plus me passer de lui. J’ai une phrase qui me sert beaucoup c’est : toujours éviter le risque de passer à côté de quelques chose. C’est cette phrase qui m’a poussée à lui avouer que… je tenais à lui plus qu’amicalement. Je me suis dis que je tentais le tout pour le tout. J’ai mis du temps à accepter le fait d’être « aimée ». Vous savez, toutes ces fois où l’on pleure pour une personne qui n’en vaut pas la peine, on passe des nuits à se remettre en question… Au bout du compte, avec le recul et du temps, on se rend compte que cela n’en valait pas la peine. Et on se remet petit à petit, on apprend à se construire. Puis un jour, lorsqu’on s’y attend le moins la vie met sur notre chemin une personne qui prendra une place importante dans notre vie. Cela peut-être une personne de votre entourage plus ou moins proche, une connaissance, ou alors un parfait inconnu. En l’occurrence pour moi c’était une connaissance, qui est devenu un ami… Vous connaissez la suite. J’ai toujours été et je suis toujours une amoureuse de l’amour. Je pense que c’est ce qui est le plus important. Se réjouir pour les personnes heureuses autour de nous… Apprendre à s’aimer d’abord est la clé pour moi. Pour moi, chacun a droit d’être heureux, aimé, désiré, chéri. Je vous souhaite vraiment à tous d’être aussi heureux que je le suis au moment même où je vous écris.  » – Anonyme / elle 21 ans et lui 20 ans

Début de l’année de première, j’ai tout de suite vue ce grand blond aux yeux bleu; il était nouveau. On a tout de suite eu un bon feeling : on était marginales tous les deux. Le temps passe, nous restons amis mais les sentiments s’estompent petit à petit pour laisser place à une très belle histoire d’amitié. Ça aura duré plus d’un an comme ça. Il faisait sa vie et moi la mienne, mais nous voir réciproquement en couple nous laissait un goût amère. Nous passions plus de temps ensemble qu’avec nos copains. Puis à force, de passer toutes nos journées et toutes nos nuits ensembles, à faire la fête et à refaire le monde, naturellement nous sommes tombés amoureux l’un de l’autre. Nous avons mis presque 6 mois à s’en rendre compte car personne n’était au courant et nous ne laissions rien transparaître à nos amis. Cela fait maintenant plus de 2 ans et demi, nous habitons ensemble et chaque matin, me lever à coté de lui me rappel que tout est toujours possible » – Adeline / elle et lui 17 ans (à l’epoque)

___

L’an dernier le destin avait fait naitre de nombreuses histoires aussi: article juste ici

En espérant que ce cinquième article, de cette deuxième saison vous a plu. On se retrouve demain même lieu, même heure !

Les autres articles de cette saison 2:
TROUVER L’AMOUR DE FACON ORIGINALE
 JE L’AI TROUVE SUR INTERNET
ON S’EST RENCONTRE AU TRAVAIL
ON EST TOMBE AMOUREUX ALORS QU’ON Y CROYAIT PLUS
ON S’EST AIME MALGRE NOS DIFFERENCES
ENSEMBLE DEPUIS PLUS DE 5 ANS

Je voulais vous remercier pour cette superbes semaine, pour vos retours si touchant, et un grand merci à toutes celles qui ont témoigné cette années. Vous faites vivre ce projet qui me tiens tant à coeur !

Oh et vous avez été plusieurs à vouloir envoyer vos histoires en lisant les témoignages des autres jours. Ce n’est pas possible pour cette saison 2, mais si on se disait oui pour la saison 3 ? Vous pouvez attendre l’année prochaine l’appel à témoignage ou envoyer directement votre histoire à cette adresse que je viens de créer: amourdhistoire@yahoo.com

La bise,

SIGNATURE

louply

12 Comments

  1. Génial la saison 1 et la saison 2! Je ne connaissais pas et j’ai tout lu et ça redonne de l’espoir. Je suis avec mon chéri depuis 2 ans mais ça ne va pas fort, bah ça m’a redonné du courage pour notre histoire, merci pour toutes tes histoires !

    • Oh merci je suis tellement heureuse que ça puisse avoir ce genre d’effet ! J’espère que ça ira mieux et que tu trouveras ton bonheur !

  2. De l’espoir, de l’espoir, de l’espoir, oui l’amour existe. des émotions, c’est bon, c’est beau, ça fait du bien. Merci!

Laisser un commentaire